Les banques et les notaires admettent des "difficultés techniques" quelques jours après le début de la nouvelle loi hypothécaire | Économie – Expertise fissure

Les services informatiques des notaires, des banques et des sociétés tierces fonctionnent contre la montre avant l'entrée en vigueur, le 16 juin, de la nouvelle loi sur les hypothèques. Cela oblige la banque à transmettre "par des moyens télématiques sécurisés" les informations précontractuelles des emprunts au notaire, afin que ce dernier garantisse que le client les a reçues au moins 10 jours avant de le signer et qu'il les comprend. Cependant, les tests techniques de ces canaux donnent des erreurs dans certains cas.

"Nous allons atteindre la limite", a déclaré Juan Pérez Hereza, secrétaire général du Conseil général du notariat, "Il existe des difficultés techniques mais je pense que dans ces dix jours, elles seront résolues." Le représentant de l'organe qui regroupe les écoles notariales toute l'Espagne reconnaît qu'elle "a commencé à travailler tard dans une banque".

La loi régissant les contrats de crédit immobilier a été approuvée en mars. Le 26 avril, un décret a développé les aspects de son fonctionnement. Entre autres, la communication télématique des banques et des notaires. Certaines sociétés de sous-traitance de services avaient déposé des plaintes pour avoir compris qu'elles bénéficiaient de la solution informatique utilisée par les notaires et fournie par Ancert S.L., une société appartenant au Conseil général des notaires.

Le décret a permis d’utiliser différentes plateformes, comme l’indique la loi, et l’a laissé entre les mains de la Direction générale des registres et des notaires pour inspection. Cette direction générale, qui dépend du ministère de la Justice, a maintenu la possibilité que les banques utilisent la solution informatique de leur choix à la source, mais a déterminé que les notaires devaient disposer de cette documentation et communiquer avec la banque à partir de leur propre réseau, la plate-forme Ancert. . De justice, ils expliquent qu’une loi de 2001 établit que c’est la seule façon pour un notaire de donner foi au public par voie télématique.

Tests en cours

Presque toutes les banques font déjà des tests. "Notre décision a été de nous connecter à la plate-forme de notaires, ce qui, à notre avis, était le meilleur moyen de fournir des services aux clients", ont indiqué des sources à Banco Santander. Mais la plupart des entités vont utiliser différentes solutions sources qui sont ensuite communiquées avec Ancert. "Bankia a déployé des efforts considérables pour utiliser la plate-forme BC Group afin de maintenir son activité hypothécaire sans problème", ont déclaré des sources de cette banque.

José Luis Martínez, porte-parole de l'Association espagnole des banques (AEB), affirme que "les banques sont prêtes", mais "il est important que le reste des agents du marché hypothécaire, tels que les notaires, soient également préparés". Sous couvert d'anonymat, certaines entités expriment des doutes sur la capacité d'Ancert à absorber le volume d'opérations sans échec. Dans Aeproser, l'employeur des entreprises de sous-traitance de services, il exprime ouvertement son secrétaire, Julio Marcos García: "Il tombe tous les deux sur trois".

Indra et Grupo BC, deux des sociétés qui fournissent des services informatiques aux banques dans le cadre de processus de crédit hypothécaire, veillent à ce que leurs systèmes offrent des moyens de communication alternatifs en cas de défaillance du plan. "Une plate-forme peut créer un entonnoir si vous devez emprunter le même canal, mais il est sûrement possible d'y remédier", a déclaré Santiago Bellver, président des employeurs d'Aeproser et du groupe BC.

D'autres sources de cette société ont indiqué à la dernière heure du jeudi que les premiers tests d'une banque avec Ancert n'avaient pas fonctionné et que, pour suivre ainsi, les notaires envisageaient d'autres solutions. Ils indiquent également que le système choisi doit effectuer des tests entité par entité, "ce qui peut retarder le processus jusqu'à la fin du mois de juin". Le Conseil général des notaires le rejette et indique que le même jeudi, deux cas de cas réels ont été téléchargés et que les clients peuvent les télécharger sans aucun problème.

L'incertitude n'est pas nouvelle. La semaine dernière, lors d'une foire de l'immobilier à Madrid, Juan Antonio Gómez-Pintado, président de l'Association des promoteurs et constructeurs espagnols (APCE), a déclaré craindre une paralysie du secteur. Maintenant, il est plus calme: "Tout le monde nous dit que le 16, ils seront capables de subroger les hypothèques des clients, mais que nous trouverons des inefficacités." Pérez Hereza, le représentant des notaires, est également "optimiste", mais souligne que "cela ne signifie pas qu'il n'y a pas de problèmes pendant les premiers jours d'application de la loi".

La journée clé: lundi 17 juin

Bien que présentant de petits "dysfonctionnements", le ministère de la Justice espère également que la loi sera adoptée sans difficultés le 17 juin. En réalité, il entrera en vigueur un jour avant, mais c'est la date clé car le 16 tombe un dimanche.

Bien que la nouvelle norme régisse également les informations précontractuelles et fixe la période d’information de 10 jours avant la signature, les sources de ce ministère signalent que cela ne signifie pas pour autant qu’une paralysie se produira. Ce lundi, les contrats signés avant (conformément à la loi en vigueur) et les nouveaux emprunts peuvent être maintenus si le notaire établit que le client a été correctement informé et comprend ce qu'il signe, comme prévu par la nouvelle loi.

Expertise immobilière technique : désordres, malfaçons, sinistres, pathologies du bâtiment… nNos prestations concernent différents biens immobiliers ( , appartement, pavillon, villa, chalet, château… ). Nous pouvons vous donner un avis, dès lors que vous voulez évaluer, comprendre, analyser des désordres, malfaçons, sinistres, afin de prendre toutes les mesures qui s’imposent. nJe note des traces humides et des infiltrations, par temps de pluie, au sous-sol/rez-de-chaussée de ma maisonnNotre appartement est mal aéré. Les mûrs se noircissent d’année en année et l’air est de moins en moins respirable. nSuite à un incendie, l’expert de la compagnie de mutuelle sous estime le montant de mon préjudice. nDes imperfections verticales sont apparues dans l’angle de ma de je crains pour la sécurité de ma famille. nJ’ai acheté des travaux d’agrandissement, de mon pavillon, à une société, mais les travaux sont faits en dépit du bon sens et n’avancent pas. Je crains d’avoir trop payé.

Laisser un commentaire