Ce seront les deux nouveaux gratte-ciel résidentiels de Madrid: 25 étages et une piscine à 100 mètres de haut | Économie – Expertise en batiment

Le défi écologique, la rareté de terrains bien situés et le débat sur une utilisation plus efficace (et surtout plus rentable) du sol sont autant de raisons de choisir de concentrer les étages dans des immeubles de grande hauteur situés dans des villes espagnoles. Madrid en est un exemple. Son plus haut gratte-ciel résidentiel, la Torre de Madrid, a été achevé au début des années 1960. Dans cette décennie et la suivante, d'autres projets tels que les tours blanches de Sáenz de Oiza ou le controversé Torre de Valencia verront le jour. Un demi-siècle plus tard, les trois bâtiments restent la référence dans l'imaginaire collectif si l'on songe aux gratte-ciel résidentiels de la capitale, plantés entre-temps par l'urbanisation des maisons basses qui les entourent. De temps en temps, des défis se posent à cette approche. On a déjà commencé à monter sur les rives du Manzanares. Un autre pourrait commencer bientôt dans le district de Tétouan, un quartier populaire de maisons basses du nord-ouest de la ville.

Le gérant immobilier Stoneweg, fondé par deux Espagnols en Suisse, est à l’origine d’un nouveau projet de construction de deux tours de 25 étages et de 100 mètres de hauteur. Ils seraient les deux plus hauts gratte-ciel résidentiels de la ville derrière la Torre de Madrid. Les parcelles ont déjà été acquises avec la société d'investissement M & G et ont la capacité de construire 45 000 mètres carrés. Comme l'expliquent mardi les responsables du projet, baptisés Skyline, la licence municipale a déjà été demandée et devrait être octroyée à l'automne prochain, ce qui permettrait de démarrer les travaux à la fin de l'année ou au début de 2020. L'investissement total atteint 200 millions d'euros.

La conception des gratte-ciel est signée par le studio Touza Arquitectos. Son fondateur, Julio Touza, a défendu qu'il s'agissait d'un "projet vedette" qui "est né pour être une icône". Chaque tour aura 300 maisons de 1 à 3 chambres (entre 60 et 110 m²) bien que la conception modulaire permette de relier plusieurs maisons pour en faire une plus grande. L'architecte a défendu que les deux gratte-ciel, dans une parcelle adjacente au parc Agustín Rodríguez Sahagún, ont vocation à être un "portique d'accès à la ville". Les deux auront une double façade, "avec des plantes qui vont s'emmêler" dans la peau extérieure, ce qui apportera des avantages climatiques.

Deux piscines et jardin urbain

La commercialisation des maisons, en charge de CBRE, est lancée lors du salon de l'immobilier SIMA (dont la dernière édition commence ce jeudi à Madrid) alors qu'elles ont déjà 10% de préventes signées. Les prix commencent à 300 000 euros pour la plus petite typologie d'appartements et sont «à la hauteur et aux orientations», comme l'a souligné Joaquín Catellví, l'un des fondateurs de Stoneweg. C'est-à-dire que les étages situés dans les étages supérieurs et avec de meilleures orientations augmenteront de prix. La fourchette la plus haute est d'environ 800 000 euros. Cela, indépendamment de ce qui peut finir par poser dans les greniers, dont la conception finale dépendra de la demande qu'ils trouveront, comme l'explique Catellví.

Ce qui est envisagé est une piscine l'infini (avec le bord débordant de l’horizon) sur le toit de chaque bâtiment, d’une centaine de mètres environ. Ils rivaliseront avec la piscine que le projet hôtelier de Riu pose pour Edificio España en tant que plus haut de la ville. En outre, le projet prévoit d’autres services communs. Dès l'entrée, une autre piscine communautaire au niveau du premier étage, ainsi qu'une salle de sport, un concierge, un jardin urbain et des salles polyvalentes à l'usage des voisins.

300 appartements à louer

Selon ses promoteurs, les bâtiments pourraient être prêts vers 2022. Des autorisations ont été demandées en parallèle pour la construction des deux tours. Le plan initial de Stoneweg prévoit que les 300 étages de l'un d'entre eux sont dédiés à la location, bien qu'il ne soit pas clair s'il s'agirait de la propre entreprise hispano-suisse chargée de la gérer. "Nous explorons le moyen de vendre cette tour à un investisseur patrimonial", a déclaré M. Castellví.

Stoneweg est un gestionnaire immobilier fondé en 2015 par Jaume Sabater et Joaquín Castellví, tous deux ayant une expérience antérieure dans des entreprises du secteur. Elle opère sur quatre marchés (Suisse, USA, Italie et Espagne) et exerce différentes activités, du conseil au développement immobilier, qu'elle exerce, comme dans le cas du projet Skyline, via la filiale Stoneweg Living.

Champignons, traces de moisissures. Les infiltrations et l’humidité démesurée sont de sérieux ennemis pour votre logement ( notamment poutres et structures bois ) mais surtout pour vos poumons et vos bronches. Et que dire des crevasses qui s’étendent le long de vos sols, façades et plafonds ! nnEn identifiant les causes de vos problèmes, vous pouvez consacrer leur évolution. Notre expertise technique vous permet, ainsi, de contrôler que l’intégrité du bâtiment et/ou la sécurité des personnes ne sont pas mises en danger, arreter des désordres évolutifs, prévenir des dégâts ou sinistres principaux et cher. nn

Laisser un commentaire