Les expulsés du loyer | Économie – Expertise en batiment

Iryna Palyanytsya ne casse sa voix qu'une fois devant l'un de ses souvenirs les plus douloureux. Cette femme, née il y a 39 ans à Ternopil (est de l'Ukraine), raconte à la hâte le procès par lequel elle a été expulsée avec son partenaire et ses quatre enfants. Assise sur un banc devant le sol d'où elle a été expulsée, dans le quartier d'Orcasitas à Madrid, elle raconte comment sa partenaire a perdu son emploi, comment elle a cherché d'autres maisons à nettoyer, comment le couple a cessé d'être marié, mais comment ils ont continué à demander et comment ils ont demandé de la nourriture. En bref, comment les comptes ne leur ont pas donné. Quand il atteint le 13 décembre dernier, il s'arrête. "Je ne me souviens pas de ce jour", s'excuse-t-il. Après avoir séché ses larmes, elle s’encourage à continuer: "Je suis restée dehors tandis qu’un serrurier a changé la serrure, je ne savais pas où aller et ils m’ont emmené dans un refuge".

Palyanytsya n'a jamais rêvé de posséder une propriété. Il n'a jamais hypothéqué avant que les choses aillent mal. Personne ne peut l'accuser d'être emportée par la fièvre des briques ou de vivre au-dessus de ses moyens. Votre erreur était de quitter la chambre d'un appartement partagé pour aller à un tout avec sa partenaire, un fils de celle-ci, une fille en commun et une fille qu'elle avait en Ukraine et est venue en Espagne. En plus, elle est devenue enceinte. "Nous avions déjà besoin d'un appartement", résume-t-il en se justifiant. Ils ont déménagé en mars 2016 à un loyer de 600 euros plus les frais. 21 mois plus tard, ils sont allés grossir la liste des personnes expulsées en Espagne. Ils l'ont fait dans l'épigraphe le plus commun: Rejets pratiqués dérivés de la LAU (Loi des baux urbains). C'est ainsi que cela apparaît dans les statistiques judiciaires.

Les expulsions à louer pour des années qui dépassent les dérivés pour défauts de paiement (voir le tableau ci-joint) et à chaque fois qu'elles sont séparées davantage. Selon les données les plus récentes, les lancements de locataires ont représenté 185% des prêts hypothécaires. La proportion, presque le double, n'avait jamais été aussi élevée. "La plupart d'entre eux sont dus au non-paiement du loyer", explique Aner Uriarte, doyen des juges de Bilbao. Son collègue Pedro Viguer, doyen des juges de Valence, analyse les causes: "À mesure que le loyer devient plus cher, comme on le voit dans les médias, de nombreuses familles peuvent avoir des problèmes. Mais la LAU fixe également des délais très courts, le contrat est donc souvent renouvelé. "

Les expulsés du loyer



Le diagnostic, en gros traits, est partagé par les associations. Paco Morote, porte-parole de PAH, influe sur la réforme de la LAU mise en place par le gouvernement de Mariano Rajoy en 2013 afin de réduire la durée des contrats à trois ans. Natalia Palomar, avocate chez Provivienda, signale également une modification des règles de poursuites approuvée par le dernier Conseil des ministres de José Luis Rodríguez Zapatero, en octobre 2011. Depuis lors, un locataire peut être expulsé sans même tenir un procès. Cela signifie pour Morote que "la reconnaissance du droit n'a pas atteint la location et la prive de la protection en raison du non-paiement ou de l'expiration du contrat". Plus technique, l'avocat montre que "c'est du droit privé pur et dur, le droit des consommateurs et des utilisateurs ne s'applique pas". "Selon la loi, il n'y a rien à faire", se lamente Palomar.

"Suspendre un lancement est plus compliqué dans le cas d'un bail, car nous avons deux parties égales", admet le juge Viguer. En cas de défaut de paiement de l'hypothèque, explique-t-il, "il existe des clauses abusives ou la possibilité de se mettre d'accord sur un loyer social". De nombreuses banques ont préféré recourir aux procédures ordinaires et ne figurent donc pas dans les statistiques. Mais lorsqu'un locataire ne paie pas, le processus est rapide car "cela nuit également au propriétaire, qui a le droit de faire payer". Les magistrats, rappelle le doyen de Valence, ont demandé à plusieurs reprises "d'avoir des bureaux d'assistance sociale au moins dans les grands bâtiments judiciaires".

Le pacte est maintenant la seule possibilité du locataire. Palyanytsya, alors que la police était déjà à la porte, a réussi à s'organiser pendant trois semaines. Rosa María Padrón a eu 60 jours. Il avait un bébé d'un mois lorsque son procès a eu lieu. En racontant ce qui lui est arrivé, cette femme de 45 ans ne pleure pas non plus contre les fonds ou les grands propriétaires. Ce qu'il dit est un mauvais sort. Cela commence également par la perte d'emploi de son mari. Son fils unique a maintenant cinq ans. C'est "un miracle" qui a obligé l'économie familiale à se concentrer sur une grossesse à risque. Ils vivaient avec moins de 400 euros par mois, une pension qu’elle facture pour une dépression qui dure depuis plus de deux décennies. Au téléphone, elle raconte tout ce qui est arrivé au sol, dans un loyer négocié par Provivienda, où ils vivent à Santa Cruz de Tenerife. Ils sont devenus "littéralement trois jours sous un pont", mais le récit ne rompt que pour rappeler un moment: "Cela ne me faisait que souffrir que je devais quitter le berceau de l'enfant, je devais lui laisser beaucoup de petites choses".

Les moisissures, le salpêtre ou aussi la mérule, inquiètent les propriétaires. Pourquoi la est-elle devenue humide ? Est-ce dangereux pour le bâtiment et la sécurité des occupants ? Comment le désordre peut-il évoluer ? Comprendre le phénomène de l’humidité pour mieux s’en préserver. nLes signes de présence de pluies dans une maison sont nombreux. Comment les reconnaître ? Comment évaluer la gravité des désordres ? Nous vous conseillons et vous donnons toutes les clés, pour interpréter et comprendre l’humidité. nPour traiter l’humidité, repeindre le mur, ou acheter un déshumidificateur n’est pas suffisant ! Les traitements envisageables sont nombreux : drain, revêtements hydrofuges, système d’aération, etc. Pour que l’humidité disparaissent durablement, les travaux doivent être adaptés au plan technique, comme au plan économique.

Laisser un commentaire